RECHERCHE

Centre de Recherche en Automatique de Nancy

Le Centre de Recherche en Automatique de Nancy (CRAN)

  • Le Centre de Recherche en Automatique de Nancy (CRAN) est une Unité Mixte de Recherche (UMR 7039) commune à l'Université de Lorraine et au CNRS (Institut des Sciences de l'Information et de leurs Interactions).
    Il accueille également des chercheurs de l'Institut de Cancérologie de Lorraine (ICL, Centre de lutte contre le cancer) et du CHU.
  • le laboratoire compte 107 enseignants-chercheurs (dont 2 émérites), 3 chercheurs CNRS, 7 autres chercheurs de l'UL, de l'ICL et du CHU, 6 post-docs, 70 doctorants et 30 ingénieurs, techniciens ou administratifs. Il fait partie de la Fédération de Recherche Charles Hermite Automatique, Informatique, Mathématiques de Lorraine et du pôle scientifique Automatique, Mathématiques, Informatique et leurs Interactions (AM2I) de l'université de Lorraine.
  • Les recherches menées au CRAN concernent l'Automatique définie comme la science de la modélisation, de l'analyse, de la commande et de la supervision des systèmes dynamiques mais aussi le traitement du signal, le génie informatique et la biologie.
  • Avec l'intégration en 2013 d'une équipe de biologie, et en s'appuyant sur les forces historiques de l'unité, le CRAN mène également des recherches interdisciplinaires associant l'automatique, le traitement du signal et de l'Image avec la biologie et la médecine.
  • Le laboratoire développe des activités transverses à ces disciplines dans les domaines de l'ingénierie pour la santé et de la sûreté de fonctionnement des systèmes. Ces domaines de recherche, fondés sur les concepts de signaux (classiques et biomédicaux), systèmes dynamiques (physiques ou biologiques), biologie intégrative, réseaux (informatiques ou de signalisation en biologie), information et décision, concernent à la fois les systèmes techniques (processus industriels, systèmes de transport, production d'énergie, réseaux de communication, …), les systèmes environnementaux (qualité de l'air, l'eau, ...) et la santé (diagnostic et soins en cancérologie et neurologie). Les retombées de ces recherches ont un impact tant « sociétal » (amélioration de la sûreté des installations, des diagnostics et des soins en médecine ou de l'environnement), qu'économique (amélioration du rendement des installations, des actes médicaux, des produits ou des services).