FORMATIONS

Licence Professionnelle Mention : Maintenance des Systèmes Industriels, de Production et d’Energie, Parcours : Méthodes et Outils pour la Maintenance IntelligentE (MOMIE)


Objectifs de la formation

Les hommes en charge de la maintenance ont leur place partout, que ce soit sur une chaîne de fabrication industrielle, un parc d’engins de travaux publics ou de bâtiment, des matériels informatiques, de bureautique, des systèmes de télécommunications…

Les unités de production sont de plus en plus robotisées et complexes pour prendre en compte les contraintes sécuritaires et économiques. Ainsi, l’industrie évolue et le concept d’Industrie 4.0 devient réalité ! Un des objectifs principaux est la mise en place d’usines intelligentes : adaptation de la production aux contraintes, allocation des ressources en fonction des contraintes de production. Cette reconfiguration quasi-permanente est rendue possible grâce à une instrumentation dite intelligente (les instruments de mesures s’auto-contrôlent) de plus en plus connectée (internet des objets) qui s’appuie sur des réseaux de plus en plus performants (Ethernet, WiFi). L’ensemble des informations recueillies (Big Data) est stocké sur des serveurs (Cloud Computing). Ces données sont exploitées naturellement dans le cadre de la surveillance des performances des équipements et contribuent donc à la définition d’une politique de maintenance.

Dans l’industrie du futur, les agents de maintenance seront équipés de lunettes connectées sur lesquelles sera adjoint de la réalité augmentée. Grâce à ces lunettes, les hommes de la maintenance pourront transmettre des images ou des vidéos en temps réel de façon à échanger plus efficacement avec des experts à l’autre bout du monde. Les flux de données seront chiffrés (pour des raisons de sécurité) et transférés par connexion cellulaire (4G), Wi-Fi, ou par câble Ethernet. Les dépannages seront donc beaucoup plus rapides. Ces nouvelles technologies conduiront à une qualité de service grandement améliorée. C’est dans ce cadre que s’inscrit le parcours « Méthodes et Outils pour la Maintenance IntelligentE » (MOMIE).

La licence professionnelle Maintenance des Systèmes Industriels, de Production et d’Energie vise à donner aux futurs diplômés toutes ces exigences pour répondre aux besoins réels du marché du travail au niveau bac+3.

Le diplômé de cette licence professionnelle disposera d’une large culture technologique transversale qui lui permettra de s’adapter aux technologies émergentes, d’exercer différents types de responsabilités dans de nombreux domaines et lui permettra une évolution aisée dans ces domaines de haute technologie. Les possibilités d’insertion ou d’évolution professionnelle dépendent de l’expérience et de la formation antérieure des participants.


  • Les objectifs généraux de cette formation sont essentiellement de :
    • donner les connaissances scientifiques et techniques indispensables au futur diplômé pour qu’il soit préparé au mieux aux mutations technologiques et pour qu’il s’insère facilement dans le monde industriel,
    • acquérir les techniques et méthodologies indispensables à la résolution de problèmes de maintenance,
    • développer un système de maintenance intelligent intégrant des informations issues d'une architecture de contrôle-commande existante ou à développer,
    • accroître l’esprit d’anticipation pour prévenir et ne pas subir les défaillances et l’esprit de réactivité pour savoir agir à l’apparition d’un dysfonctionnement,
    • développer les capacités de communication de l’étudiant afin qu'il puisse s’intégrer efficacement dans une équipe de maintenance moderne,
    • immerger le futur acteur de la vie professionnelle dans le milieu industriel grâce à un stage de longue durée.


Spécificité du Parcours

Ce parcours ambitieux et novateur est une jouvence du parcours « Télémaintenance et Télésurveillance ». Il se déroule au sein de la Faculté des Sciences et Technologiques et est rattaché au Département d’Automatique. Ce parcours vise essentiellement les métiers liés à la maintenance des systèmes automatisés de production.

Les unités de production sont de plus en plus instrumentées, robotisées et complexes pour prendre en compte les contraintes sécuritaires et économiques. Ainsi, pour maintenir les performances de machines hautement automatisées, il faut disposer de personnels extrêmement spécialisés pour réaliser des interventions d’entretien ou de dépannage. Ainsi, ce parcours intègre une formation accentuée dans les domaines des nouvelles technologies connectées. Ainsi, les enseignements en informatique industrielle seront orientés (instrumentation intelligente, supervision, réseaux locaux industriels automatismes, régulation industrielle…) pour répondre à la maintenance d'une unité fonctionnelle de l’industrie 4.0 ou industrie du futur.

Ce parcours bénéficie, pour certains de ses enseignements, de résultats de travaux faits dans le cadre du Centre de Recherche en Automatique de Nancy. En effet, plusieurs intervenants de la licence ont une activité de recherche centrée sûreté de fonctionnement – maintenance avec des orientations novatrices autour de la maintenance prévisionnelle (pronostic, bilan de santé, aide à la décision opportuniste) et du PHM (Prognostics and Health Management). Ces travaux sont caractéristiques d’une recherche majoritairement finalisée (ouverture à des problèmes de société) en lien avec le mode industriel ou socio-technique, conférant au transfert des résultats obtenus vers cette LP une véritable valeur ajoutée pour la professionnalisation en maintenance et ses évolutions à terme, telles que préconisées par des initiatives comme l’usine du futur ou l’industrie 4.0. Ces transferts sont réellement effectifs sur le site de Nancy, sur des aspects méthodologiques ou technologiques dans les UE de parcours. Plus spécifiquement, l’unité d’enseignement « De la télémaintenance à la E-maintenance » a été entièrement construite sur des résultats de recherche autour de la télémaintenance – e-maintenance en lien avec la PME PREDICT. Plusieurs études de cas et travaux pratiques liés à ces modules se réfèrent à la plate-forme TELMA (TELé-MAintenance) située à l’AIPL, qui sert aussi de benchmark pour les travaux de recherche en maintenance – PHM. Cette plate-forme, équipée de nombreuses technologies de l’information et de la communication, est à échelle réduite une plate-forme industrielle chez PSA de découpage de tôles métalliques en entrée de presses. Au-delà de l’aspect technique, la plate-forme intègre tout un ensemble de logiciels et de progiciels (ERP, MES, GMAO) pour supporter à la fois l’ingénierie mais aussi l’exploitation d’un système intelligent de maintenance.


Organisation des études
  • La formation est découpée en 6 unités d’enseignement.

  • Les UE3 et UE4 sont spécifiques et permettent à l'étudiant de renforcer ses compétences afin d'assurer des tâches ou missions plus ciblées en fonction des besoins de certaines industries (taille, secteur d'activité, processus continu à forte automatisation, manufactures).
  • On peut aussi voir les UE 3, 4 et 5 comme des unités d'enseignement au cœur du métier et de la fonction maintenance, les UE 1 et 2 comme les ressources indispensables à une fonction maintenance qui est sans cesse en relation avec les services production et qualité en termes de définition d'objectifs communs avec des responsabilités partagées. Les UE 1 et 2 sont comme des pré-requis techniques.
  • Unités d’enseignement
    Chaque unité d’enseignement se décompose de la façon suivante :

  • Unités d’enseignement de professionnalisation

  • Projet tuteuré
    Le projet tuteuré sera axé sur une demande industrielle et peut éventuellement devenir le préambule du stage. Dans cette optique, le thème du projet sera choisi en début d’année universitaire et une période de huit semaines (150 heures) sera consacrée à sa réalisation. Cette organisation permettra à l’étudiant de résoudre un problème industriel tout en bénéficiant des compétences et de l’encadrement de l’équipe pédagogique et plus particulièrement de son tuteur universitaire.
    Cette expérience professionnelle devrait permettre à l’étudiant de passer de la phase du savoir et des connaissances acquises au cours de son cursus au stade de la validation d'un savoir-faire (ou compétences) mis en œuvre dans un contexte industriel privilégié. Ce projet tuteuré devrait, aussi, faciliter l’immersion de l’étudiant dans le monde réel de l’entreprise et de ses contraintes dans le cadre de son stage industriel.

Lieu de formation

Faculté des Sciences et Technologies, Campus Aiguillettes à VANDOEUVRE-LES-NANCY


Publics concernés

La licence professionnelle se prépare après l’obtention du L2 (BAC+2, 120 crédits européens), d’un BTS ou d’un DUT technologiques notamment dans les spécialités suivantes : génie électrique et informatique industrielle, génie des télécommunications et réseaux, génie mécanique et productique, électrotechnique, contrôle industriel et régulation automatique, mécanique et automatismes industriels, électronique et maintenance…

En formation initiale, elle s’adresse aux étudiants sous statut scolaire ou en contrat de professionnalisation ou encore d’apprentissage.

En formation continue, elle vise des techniciens, agents de maîtrise qui souhaitent évoluer dans leur carrière, des salariés qui peuvent bénéficier, par la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) ou professionnels (VAP), d’un niveau BAC + 2. Les bénéficiaires de la validation des acquis professionnels peuvent également intégrer cette formation. Enfin, elle concerne des personnes en reconversion professionnelle, insertion professionnelle ou recherche d’emploi.


Débouchés

Le titulaire de la Licence Professionnelle « Maintenance des Systèmes Industriels, de Production et d’Energie » exerce ses activités dans tous les secteurs de l’industrie. Les métiers concernent notamment les secteurs de la production, la maintenance, la recherche et le développement mais également la qualité, la sécurité et le contrôle des installations.

  • Les diplômés de cette licence professionnelle pourront trouver des emplois dans divers secteurs :
    • services de maintenance,
    • services d’informatique industrielle,
    • unités de production tous domaines confondus,
    • services d'installations générales et de travaux neufs,
    • services techniques chargés des problèmes énergétiques,
    • services de contrôle propre à l’entreprise (souvent intégré au service maintenance),
    • entreprises d’ingénierie de contrôle prestataire de service.
  • Types d’emplois accessibles :
    • technicien en maintenance industrielle,
    • chef d'équipe de maintenance industrielle,
    • contremaître de maintenance industrielle,
    • chargé de la sous-traitance en maintenance industrielle,
    • technicien bureau d’étude,
    • technicien automaticien,
    • chargé d’affaires (par exemple dans les centrales nucléaires),
    • prestataires de service en contrôle non destructif.

Domaines de connaissances

Le diplômé de cette licence professionnelle disposera d’une large culture technologique transversale qui lui permettra de s’adapter aux technologies émergentes, d’exercer différents types de responsabilités dans de nombreux domaines et lui permettra une évolution aisée dans ces domaines de haute technologie. 


Compétences et savoir-faire associés

Le titulaire de la licence professionnelle Maintenance des Systèmes Industriels, de Production et d’Énergie exerce ses activités dans un des secteurs précédemment cités.
Les compétences des titulaires de la licence professionnelle s’expriment dans leur :

  • Capacité opérationnelle :
    • expertise et analyse de problèmes techniques liés à la production et à la maintenance et au contrôle,
    • animation d’une équipe, management de proximité,
    • respect des règles ou normes de qualité, de sécurité, d’environnement et de certification en vigueur.

Par rapport à un "diplômé de niveau III" (bac+2), le titulaire de cette licence professionnelle aura des compétences :

  • d’autonomie face à une tâche nécessitant des compétences pluri-technologiques,
  • d’encadrement de techniciens d’origines différentes,
  • de planification de projet,
  • de communication et de formation des utilisateurs de produits nouveaux (matériels ou logiciels).

Spécialiste en maintenance, il est capable :

  • de situer la maintenance dans le contexte économique,
  • d’analyser les organisations mises en œuvre, les méthodes et les moyens (humains, matériels, financiers) déployés,
  • d’évaluer la performance d’une politique de maintenance et de savoir l’optimiser,
  • d’utiliser les démarches propres à la fiabilité, maintenabilité et disponibilité,
  • de maîtriser l’application pratique des outils et méthodes de la maintenance,
  • de préparer et ordonnancer les actions de maintenance et les travaux neufs,
  • de préparer et ordonnancer les opérations de contrôle sur chantier ou en atelier conformément aux normes,
  • de savoir intégrer les contraintes de la production, de la maintenance, du contrôle et de participer à une démarche de qualité,
  • de concevoir une fonction de sécurité et d’exécuter et de faire exécuter en sécurité des opérations d’entretien.

Compétences transversales

Le titulaire de la licence professionnelle « Maintenance des Systèmes Industriels, de Production et d’Energie » possède également des compétences hors de sa spécialité qui s’expriment en terme de :

  • Capacité d’ouverture :
    - aptitude à communiquer avec les clients, fournisseurs et collaborateurs,
    - connaissance de l’environnement socio-économique,
    - maîtrise de la langue anglaise (documentation écrite et communication orale).
  • Capacité d’adaptation :
    - des bases scientifiques solides doivent faire partie des compétences requises pour que le potentiel d’évolution et d’adaptation soit suffisant en particulier dans un secteur d’activité très réactif aux nouvelles technologies.

Comment s'inscrire ?
  • Inscription pour les étudiants titulaires d’un diplôme français : télécharger le dossier de candidature sur le site de l’Université de Lorraine www.univ-lorraine.fr dès la mi-mars.
  • Pour les étudiants titulaires d’un diplôme étranger : www.campusfrance.org
    .